©SophieMuretPhotography - All Rights Reserved

Ces pratiques qui vous font du bien

Suite à l’interview paru au sujet de la résilience en avril dernier, j’accepte avec joie de participer à ce festival inter-blogueurs, proposé par www.PartageTonBurnOut.fr.

La première interview au sujet de la résilience est à lire ici : Rebondir après un cancer

On me propose aujourd’hui de répondre à cette question : 

« En quoi la photographie me fait du bien ? »

Alors, pour commencer, j’ai envie d’écrire que c’est presque facile : souvenez-vous toujours que

la vie est faite pour être simple, rire et sourire. 

Et quand votre objectif devient la joie alors tout devient plus simple.

La photographie me fait du bien car toujours elle me donne rendez-vous avec moi même. Par l’appareil je me connecte profondément à mon monde intérieur et à mes émotions. Et la magie de la photographie, c’est que l’appareil-photo ne serait rien sans le monde extérieur. 

Bref, photographier me fait du bien car ça me rend vivante mais ça, c’est un truc à moi, complètement inexplicable. Par la photographie, j’ai réussi à me rencontrer moi-même, à réveiller un continent de mon âme encore enfoui. Et c’est une source d’énergie inépuisable.

 

 

La question serait alors

 

Sentir la vie pleinement à l’intérieur de soi. Un feu qu’on ne peut plus éteindre. Un feu si brillant qu’il déborde. 

 

Et permettez moi cette parenthèse : dans cet article, on cherche les trucs et astuces pour éloigner loin, très loin le burn-out.

Et bien le                     transformons-le en « bright out » !

« Burn-out » ou « se laisser-brûler »

« Bright-out » ou « briller dehors »

Et pour le « bright-out » nous avons besoin du « bright-in » (« briller depuis l’intérieur »).

Alors, comment je fabrique mon « bright-in » ?

 

Voici quelques trucs et astuces que j’utilise quotidiennement.

comment arriver jusque-là : jusqu’à soi même ?

« burn-out »

1- Pour commencer ma journée, je joins la méditation à la marche

Dix minutes suffisent pour m’emplir d’énergie et vider mon esprit. Je branche mes écouteurs et me laisse envahir de cette méditation dénichée en ligne et gratuite, je l’écoute consciemment tout en marchant et en cherchant la lumière du soleil. Même un ciel couvert de nuages cache un beau soleil.

Un instant, je regarde le soleil, j’imagine bien me faire transpercer par cette lumière, jusqu’au centre de la Terre puis depuis ce centre, cette lumière et ce feu remontent pour m’inonder.

Voilà, c’est tout simple, je mange le soleil !

Cette courte marche terminée, plus ou moins rapide en fonction de ma forme, je me satisfais de la transpiration évacuée, preuve du nettoyage de mes pensées et de libération des toxines.

2- En cas de gros nuage dans mon esprit, j’écoute une compilation d’affirmations positives. C’est un excellent moyen de se remettre dans le vert. C’est d’ailleurs d’autant plus efficace que je suis convaincue du bienfait d’écouter les affirmations positives, tant j’ai constaté à maintes reprises mes journées transformées suite à cela.

Vous pouvez retrouver notamment retrouver une compilation sur le site de Jenna Blossoms. Affirmations positives de Jenna Blossoms 

Ainsi, ma journée peut commencer, positivement.

3- Comme je mange le soleil, j’écoute de la musique.

J’écoute des musiques qui me mettent en joie, me remplissent d’énergie dès le matin ou alors aident mon esprit à se concentrer. En effet, j’ai découvert assez récemment que la musique évite de me disperser. Mon esprit travaille tout le temps, mais lorsqu’il est absorbé par la musique, il travaille moins. Ainsi, je suis plus détendue. La musique est capable de vider mon esprit.

4- J’aime passer par mon corps pour faire évoluer mon esprit : pour cela , je pratique la danse classique et quelquefois le yoga.

M’assouplir, m’ouvrir, fluidifier ma vie et mieux recevoir. Tenir un équilibre en danse, c’est s’ancrer dans le sol, se tenir droite et regarder droit devant, tout en souriant. J’aime ça car je sais qu’à force de tenir cet équilibre, je porterai ma vie et mes rêves plus aisément.

Le sourire est important, je n’hésite pas et parfois je me joue des challenges, ceux de faire sourire ou rire quand je croise des gens trop sombres. De plus, la danse, c’est comme la musique, cela me permet de faire le vide de l’esprit et mais aussi du corps. Et apprendre une chorégraphie, c’est savoir anticiper le pas d’après tout en lâchant prise.

5- Je visualise et j’écris, beaucoup. Comme je pense tout le temps, j’aime évacuer par les mots ce trop-plein. J’écris aussi mes rêves, mes idées.

J’évite à tout prix de m’attarder sur le négatif. Je préfère me concentrer sur les bonnes choses et mes rêves que ces frustrations. Je visualise donc par l’écriture. Imprimer les mots, c’est leur donner une place dans la matière.

L’écriture me permet d’évacuer certes, mais aussi de me connecter avec mon inconscient, et d’utiliser à bon escient mon imagination. Ainsi elle devient un moyen d’avancer vers mes rêves et dans mes projets.

 

 

6- Je cherche à me faire du bien, constamment, le plaisir et le plaisir de prendre soin de soi dans tout ce que j’entreprends. Autrement dit, je me plais à retrouver des sensations de quand j’étais enfant ou adolescente, penser comme une enfant, se contenter de la joie et observer et apprécier ce qui nous entoure, le chant d’un oiseau ou le rire d’un enfant.

Penser et toujours penser que la vie est un cadeau, que chaque obstacle est une opportunité pour mieux grandir.

Et puis de chaque obstacle, j’essaie d’apprendre. En bref, j’entretiens mon optimisme.

7- J’ai éloigné au maximum et du mieux que je peux, la malveillance, et le jugement. J’observe que plus je suis bienveillante envers les autres, moins je me sens jugée et plus j’avance librement. Je prends soin de rencontrer des personnes en cohérence avec cela. La plainte, c’est un anti-truc qui ne sert à rien et c’est mieux de l’éloigner très-très loin.

8- J’ai découvert les soins Reiki et énergétiques. Je les fais à distance, il s’agit la plupart du temps de soins collectifs. Toujours, ils me permettent de poser des intentions pour les prochaines semaines. Et toujours, j’observe les bienfaits de ces soins car j’ai davantage d’énergie.

 

 

9- À la nuit tombée, je regarde les étoiles. Et si je ne les vois pas, le ciel me suffit car je sais bien qu’il est étoilé. Le matin, je mange le soleil et le soir, j’attrape les étoiles.

J’emplis mon esprit de toutes ces lumières, des petites et des grandes. Je pense à tout ce que j’ai entrepris dans la journée et toujours je me félicite.

Je sais bien que si j’avance d’un petit pas chaque jour, c’est déjà bien suffisant. Chaque petite action me suffit. Puis je m’endors en pensant à toutes ces étoiles, toutes ces lumières. Et j’ai bien conscience que toutes ces étoiles peuvent être vues par nous tous car nous partageons tous le même ciel.

 

Pour conclure, J’ai envie d’ajouter que la joie se cultive. Et la joie se partage. En se partageant, la joie devient plus grande !

Et pour reprendre la question initiale,

en quoi la photographie me fait-elle du bien ?

La photographie me fait du bien parce qu’elle me rend vivante, c’est un sentiment si fort que je peine à l’expliquer d’une façon rationnelle. Mais comme c’est une belle question, je vous partage que la photographie me permet de capter ce que je ressens émotionnellement, de capter mon ressenti intérieur alors que j’ai les yeux grands ouverts sur le monde.  Capter mes émotions, joindre mes yeux à mes autres sens. Par ce que je vois, ce je ressens en voyant et prenant la photo, j’exprime tout simplement une émotion. L’image captée à travers un paysage ou scène de rue est une image de ce qui vibre à l’intérieur de moi.

 

Connectée à mon appareil-photo, je laisse partir le mental pour vibrer d’avantage sur l’inconscient et je me sors du monde extérieur dans lequel je suis en train d’évoluer.

Voilà pourquoi la photographie me fait du bien, je suis une extra-sensible pour ne pas dire extra-terrestre, c’est-à-dire que je ressens beaucoup, alors j’ai besoin des mots mais aussi d’autres vecteurs pour libérer ces émotions parfois cachées, ce tourbillon intérieur.

 

La photographie m’ouvre sur le monde. Lors des expositions, j’écoute les questions des lecteurs et il m’importe d’y répondre car ces questions me font grandir et surtout me permettent une fois de plus d’apprendre à toujours mieux me connaître et enfin à comprendre pourquoi la photographie me fait du bien. De plus, transmettre au monde via l’art est une manière douce d’envoyer des ondes. Je sens alors que le monde m’offre une place, place que je souhaite fleurir de la meilleure manière. 

 

Enfin, je dirai que grâce à la photographie, je ris ou je pleure plus profondément et la plupart du temps c’est rire plus profondément que je choisis.

 

 

Pour aller plus loin, retrouvez cet interview radio où Sophie en dit d’avantage sur le lâcher-prise et le lien qu’elle entretient avec la photographie. Interview de Sophie par Hakim Yckache.

© Sophie Positif Coaching - Tous droits réservés - sophie@sophiepositif.com